Sur les traces de ceux qui nous ont précédés à Mouzillon

le contexte historique

L'année 1789 est marquée par les cahiers de doléances, la prise de la Bastille à Paris le 14 juillet et la déclaration des droits de l'homme et du citoyen le 26 août.

A Mouzillon, une assemblée se réunit le 5 avril pour formuler ses doléances

--> Cette assemblée élit 4 représentants :

Jean Julien LUNEAU (la Rouaudière),

François LUNEAU (le Brossay),

René BREVET (la Barillière),

Jacques Grégoire MARTINEAU (la bourg).

→ les sujets qui ont été débattus Cette assemblée a débattu

        des taxes, impôts et corvées, 

        du tirage au sort pour la milice,

        des propriétés, 

        des juridictions, 

        de l'admission aux charges et emplois,

        du droit des veuves… 

Des réformes sont demandées, un esprit de nouveauté transparaît.

Une deuxième réunion le 27 septembre : les participants sont plus nombreux.

→ la liste des participants est connue

→ le compte-rendu est signé de 13 participants

→ Julien LUNEAU est désigné comme représentant ; il doit se présenter le 30 septembre à l’hôtel de ville de Nantes pour que les privilèges de Bretagne ne soient pas abandonnés.

L'année 1790 est celle de la réorganisation administrative et de la Constitution Civil du Clergé.

A Mouzillon, le curé, Julien BECHU-Deshaies accepte cette Constitution Civile du Clergé, il aurait prêté serment sans qu'il y ait de trace d'incidents.

l'acte de décès de l'ancien curé en 1794 en témoigne : Le 28 brumaire de l'an dix de la république devant moi Charles Bureau, adjoint de la commune de Mouzillon ont comparu Pierre Julien René Mesnard, agé de trente trois ans, profession de tonnelier, demeurant au bourg de Mouzillon, Pierre Grégoire agé de quarante quatre ans, cultivateur, demeurant à la métairie de la Ferchotière, et Jean Teigné âgé de quarante trois ans, profession de maréchal, demeurant au dit bourg de Mouzillon, les quatre ont déclaré et attesté que Julien Anne Béchu des Haies ex recteur de la commune de Mouzillon agé de soixante dix sept ans fils de feu René Julien Béchu et d'Anne Madeleine Le Mareuil, originaire de Bru [?] département de l'Isle-et-Vilaine est mort naturellement au dit bourg de Mouzillon le vingt huit février mil sept cent quatre vint quatorze et ont les comparant signé.

Registre des décès de Mouzillon 1794 - an II – article 29

Ce Julien Bechu-Deshaies avait le contact avec la population de Mouzillon. Il avait accepté d'être parrain dans deux familles :

--> le 18/03/1765 il est le parrain de Jean-Julien PINEAU né à la Rouaudière, fils de Pierre PINEAU et de Françoise LUNEAU ;

--> le 24/08/1765 il est le parrain de Louise Julienne Anne DENIS, née au bourg, fille de Jean DENIS et de Louise MENAGER.

Les qualités de ses relations humaines lui permettent de rester demeurer à Mouzillon. Il y reste… alors que certains de ses confrères et certains de ses supérieurs hiérarchiques fuient à l’étranger où passent dans la clandestinité.

Ce Julien Bechu-Deshaies a sûrement beaucoup contribué à préparer un avenir aux mouzillonnais en refusant d’accentuer les clivages entre les mouzillonnais.

L'année 1791 est marquée par la mise en place d'une monarchie constitutionnelle

En 1792 est proclamée le 1ère république. Cette année est aussi celle de l'entrée en guerre contre des pays monarchistes... Dans le même temps une vague d'émigration met en évidence une fracture de la société.

Les mouzillonnais ne se sont pas montrés républicains au point de répondre à la levé en masse de soldats pour défendre la république face aux empires prussien et autrichien en 1792. Ils sont restés là sur leur territoire, dans leur famille; ils n'ont pas émigrés comme ont pu le faire des nobles, dont les propriétaires du Grand Plessix.

A Mouzillon, les nobles qui avaient encore de l'influence ont émigré.

L'année 1793 commence par l'exécution de Louis XVI le 21 janvier. Pour faire face aux guerres, la conscription est fixée au 8 mars: Le 8 mars 1793 devait avoir lieu la conscription des jeunes qui devaient être enrôlés pour l'armée. Il est probable que des jeunes ont préféré disparaître plutôt que d'aller rejoindre les bataillons.

A Mouzillon, la conscription des jeunes hommes de 18-25 ans divise la population et instaure un climat de violences mortelles

L'année 1794 se met en place à Paris un régime te Terreur

A Mouzillon, les violences mortelle s'intensifient.

à partir du 8 mars 1794, l'armée républicaine intervient violemment sur le territoire de Mouzillon vraisemblablement pour chercher les jeunes qui ont refusé la conscription et en représailles contre leur familles. Des actes violents et horribles sont commis par l'armée républicaine  (incendie de maison, destructions de biens). Au-delà de ces destructions c'est surtout le dénombrement de 85 morts qui choque durablement la population. D'autre part les registres citent 8 mouzillonnais tués par les vendéens. Ces vendéens sont probablement d'autres mouzillonnais ; ce serait un acte honteux qui a troublé la mémoire populaire.

L'année 1795 voit la suppression des tribunaux révolutionnaires.

A Mouzillon, les violences mortelles sévissent encore.

Au sujet des guerres de Vendée : l'horreur des faits.

voir en annexe 1 le liste des 94 morts établie à partir des registres de l'an X publiés par les Archives départementales de Loire-Atlantique.

Répartition selon les meurtriers

85 morts sont des victimes des troupes républicaines

8 morts sont victimes des vendéens ou insurgés :

--> Gabriel BARRE - 60 ans - morts le 16 mars 1793 - à l'Aiguillette

--> Jean PAPIN - 72 ans - mort en mars 1794 - à la Grange

--> Pierre PICHON - 58 ans - mort le 15 mars 1794 - à la Coudrière

--> Pierre DOIZY - 50 ans - mort le 28 mars 1794 - à la Grange

--> Joseph COUILLEAU - 48 ans - mort en avril 1794 - dans le clos des Martinières

--> François SAUVION - 75 ans - mort le 1er mai 1794 - à la Rouaudière

--> Jeanne SAUVION - 28 ans - morte en Septembre 1795 - au Pallet

--> François ALLEMAND - 31 ans - mort le 30 octobre 1795 - à l'Aiguillette

1 morts dont le texte ne permet pas de désigner de façon certaine les meurtriers :

--> Mathurin BABONNEAU - 57 ans - Mort à Saint-Crépin - 15 novembre 1795.

Cependant, les circonstances évoquées laissent penser qu'il s'agit plutôt d'une victime des insurgés.

Chronologie des meurtres

le premier meurtre est celui de Gabriel BARRE; il est le fils de Joseph BARRE et de Marie GUITTON, époux de Jeanne FLEURANCE. Le couple est domicilié à la Rouaudière. Gabriel BARRE est agé de 60 ans en 1793. Il est mort à l'Aiguillette le 16 mars 1793 à 4 heures du soir.

Un fils portant lui aussi le nom de Gabriel BARRE mourra d'une noyade à Indret le 15 février 1795. Il est probable que ce fils avait accepté la conscription et était mobilisé à l'arsenal d’État situé à Indret.

Marie BARRE, soeur de Gabriel BARRE père, mourra à 58 ans, le 25 mars 1794 tuée par les républicains à la Rouaudière.

Cette tragédie familiale montre que les violences meurtrières ont commencé à Mouzillon quelques jours après la conscription du 8 mars 1793. Les violences vont croitrent pa rla suite.

tableau Chronologique

description

Cette chronologie met en évidence les deux jours dramatiques que sont les 8 mars 1794 (24 morts) et 20 mars 1794 (34 morts) où se concentrent les meurtres réalisés par les troupes républicaines. Nous sommes là devant une action organisée.

répartition selon l'age et le sexe

Tableau de répartition des morts tués par les troupes républicaines selon l'age et le sexe.

description

Ce tableau montre

--> que les femmes (47) sont beaucoup plus atteintes que les hommes (37) tout particulièrement dans les tranches d'age de la population active (10- 39 ans). Où étaient les hommes ? peut-être se cachaient-ils ?

--> que la tranche d'âge la plus atteinte est celle des 50-59 ans : c'est la génération des parents de ceux qui auraient du se présenter à la circonscription.

Répartition des morts selon les lieux et les dates

Le tableau suivant montre cette répartition :

description

Le 08 mars 1794 est le jour où les troupes républicaines tuent un grand nombre de Mouzillonnais : 27 morts

--> 9 au bourg, auxquels s'ajoutent les 10 tués dans le clos des Baronnière (Vallet) les 2 morts des bois Gauthier (Vallet), celui qui est mort dans la pièce des "Saules" (Vallet) et celui qui est mort dans le bourg de Vallet.

--> celui qui est mort au Tertre

--> celui qui est mort près de la Martinière

--> celui qui est mort à la Barillière

--> celui qui est mort près des Gondrères

L'action est organisée et semble ciblée : tous les Mouzillonnais ne sont pas tués; un certain nombre semble choisis.

Dans les jours qui suivent, --> le 10 mars 1794 on dénombre 1 mort à la Barillière et 2 dans le bourg

--> le 15 mars 1794 on dénombre 4 morts dans le bourg, 1 à la Brangerie, 1 à la Recivière, 1 au Petit-Plessix, 1 à l'Audigère de Vallet.

Nous sommes dans le même prolongement de l'action ciblée.

Le 20 mars 1794, 36 morts sont identifiés :

--> 14 à la Greuzardière

--> 8 à Champoinet

--> 5 à Chaintre

--> 2 à la Chausseterre

--> 2 à Lozangère

--> 1 à la Levrauderie

--> 1 à la Brangerie

--> 1 aux Bourdelières de Vallet

Puis les troupes républicaines poursuivent leur funeste action avec moins de répercutions.

L'action destructrice ne se limite pas aux personnes :

Cependant, cet exposé ne suffit pas à montrer la logique meurtrière des troupes républicaines.

comprendre

Plus largement, Il importe de chercher à comprendre ce qui s'est passer à Mouzillon pendant les "guerres de Vendée".

Le nombre des morts de la commune est de 94 (voir liste jointe en annexe). Les dates et les lieux de ces morts présentent une dispersion : seule une étude beaucoup plus fine permet d'expliquer ce qui s'est passé.

Les mouzillonnais ne se sont pas montrés plus révolutionnaires que d'autres. Les cahiers de doléances ne révèlent pas une grande originalité.

Les mouzillonais ne se sont pas montrés plus religieux ou plus catholiques que leurs voisins au moment de la constitution civile du clergé en 1791.

l'acte de décès de l'ancien curé en 1794 en témoigne : non seulement il ne révèle aucune agressivité mais encore il apparait comme l'acte de décès d'un homme intégré à la population mouzillionnaise.

Le 28 brumaire de l'an dix de la république devant moi Charles Bureau, adjoint de la commune de Mouzillon ont comparu Pierre Julien René Mesnard, agé de trente trois ans, profession de tonnelier, demeurant au bourg de Mouzillon, Pierre Grégoire agé de quarante quatre ans, cultivateur, demeurant à la métairie de la Ferchotière, et Jean Teigné âgé de quarante trois ans, profession de maréchal, demeurant au dit bourg de Mouzillon, les quatre ont déclaré et attesté que Julien Anne Béchu des Haies ex recteur de la commune de Mouzillon agé de soixante dix sept ans fils de feu René Julien Béchu et d'Anne Madeleine Le Mareuil, originaire de Bru [?] département de l'Isle-et-Vilaine est mort naturellement au dit bourg de Mouzillon le vingt huit février mil sept cent quatre vint quatorze et ont les comparant signé.

(Registre des décès de Mouzillon 1794 - an II – article 29)

En prêtant serment dans le cadre de la Constitution Civile du Clergé il se montrait favorable aux idées nouvelles qui s'affirmaient depuis quelques temps, comme son collègue du Pallet. Ils ne suivaient pas l'évêque de Nantes qui avait émigré pour l'Angleterre comme une partie de la noblesse. Julien BECHU-DESHAIES était resté à Mouzillon, en bonnes relations avec ceux qui avaient été ses paroissiens. Hélas, il est mort en février 1794, sans avoir pu empêché la vague meurtrière.

Les mouzillonnais ne se sont pas montrés royalistes au moment de la mort du roi guillotiné le 21 janvier 1793. Ils n'ont pas répondu aux sollicitations des chefs vendéens qui prenaient les armes. Ils ne se sont pas manifestés lors de combats de Machecoul (le 11 mars 1793), ni à Torfou (le 19 septembre 1793), de Saint-Florent-le-Viel ou dans la virée de Galerne ( en octobre 1973).

Alors que s'est -il passé en 1794 pour que tant de morts soient dénombrés pour une commune paisible ?

que s'est-il passé ?

     Déjà nous pouvons remarquer que les femmes mortes dans la tranche d'age d'age 16-30 ans étaient plus nombreuse que les hommes. En revanche, la génération des 40-59 ans ans paye un lourd tribut : 39 morts sont dans cette tranche d'age.

La recherche a conduit à l'hypothèse suivante :

1--> des mouzillonnais ont été favorables à la conscription en mars 1793... comme Gabriel BARRE qui se retrouve dans l'arsenal d'Indret en 1794.

2--> des mouzillonnais ont refusé la conscription et se sont éparpillés dans la nature Ce groupe va mener des actions contre ceux qui se sont laissés enrolés ou qui les ont dénoncés... comme le père de Gabriel BARRE

Les troupes républicaines vont intervenir violemment, dans un contexte de terreur, pour obtenir ces jeunes : elles vont tuer les parents, les grands-parents, les sœurs, les neveux et nièces... et elles vont détruire des maisons.

A l'appui de cet hypothèse, les tableaux ci-dessous vont mettre en évidence les liens de parenté entre les jeunes en age d'être conscrits et les victimes des violences.

description

description

description

description

description

description

description

description

Ainsi les morts sont majoritairement dans l'environnement familial de ceux qui étaient potentiellement conscrits le 8 mars 1793 et par la suite, que ces morts soient tués par les troupes républicaines ou par les insurgés aussi appelés les vendéens.