Sur les traces de ceux qui nous ont précédés à Mouzillon

Les bâtiments constituent un patrimoine modeste

Le cadastre de 1811 et l'état des section de 1817 donnent un aperçu de l'ensemble des bâtiment au début du XIXè siècle à Mouzillon.

Les maisons semblent classées en deux catégorises ; celles qui sont qualifiées de "rurale" sont vraisemblablement plus conséquentes, peut-être plus confortables. Certaines maisons sont modestes, de petites dimensions. Parfois une maison est l'habitation de deux ménages.

Dans la plupart des villages, existait un four commun et parfois un four en indivision. Ces petits édifices sont des signes d'une vie collective, organisée.

Des bâtiments sont classés comme "masure"; l'appréciation de ce type de bâtiment est difficile. S'agit-il de vieux bâtiments ? de bâtiments plus ou moins délabrés ? Quelle était l'utilisation de la masure ? Est-que des personnes y vivaient ?

Le terme "écurie" désigne, dans ces documents comme dans le langage courant local, le lieu de stabulation des bovins et des chevaux. Le nombre d'"écurie" montre la place de la polyculture dans ces nombreuses petites exploitations. A la Martinière, est désigné un "toit à moutons". L'élevage des ovins était encore pratiqué au début du XIXe siècle.

Le relevé des "toits à porc" accentue l'aspect polyculture et culture vivrière de l'activité humaine. Chaque exploitation nourrissait ses travailleurs et leurs familles.